Biographie

Née à Hué, au Vietnam, Kaïdin-Monique Le Houelleur est vietnamienne par sa mère, française par son père, africaine d’adoption depuis l’âge de dix-sept ans. Passée par le Tchad, la République Centrafricaine, le Congo, elle réside et travaille maintenant en Côte d’Ivoire où elle a obtenu la nationalité ivoirienne.

 

Autodidacte, elle réalise en 1977, à Abidjan, sa première sculpture monumentale en acier (H.7m) pour le Ministère des Finances.

À partir de 1980, elle aborde le marbre dans l’atelier Giorgio Angeli à Querceta en Italie où elle travaille notamment avec le sculpteur Isamu Noguchi.

 

Un premier voyage dans le désert avec Mano Dayak en 1981 lui fait découvrir le Ténéré et le monde Touareg. Elle continuera pendant plusieurs années à parcourir le Niger, le Mali, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire.

En 1985, elle réalise « L’Offrande », une œuvre monumentale en marbre blanc de Carrare (H.7m)    pour la Cathédrale St-Paul d’Abidjan.

Ses voyages et sa vie en Afrique exercent un changement dans sa démarche artistique.

Sa rencontre, en 1985, avec le peintre Gérard Fromanger, sera décisive. Commencent alors les « Bilokos » (bagages en langue sangho), un travail axé sur le mental, tourné vers le « sacré », le symbolisme de la culture africaine. La même année, Kaïdin Monique Le Houelleur présente ce travail à l’écrivain et critique d’art Alain Jouffroy.

De 1985 à 1993, elle s’investit également dans la vie artistique et culturelle de la Côte d’Ivoire.

Découvre ainsi le peintre Ivoirien  Frédéric Bruly Bouabréqui grâce à elle , exposera

Aux « Magiciens de la Terre »  en 1988 au Centre Georges Pompidou

 

En 1986 , elle fait découvrir la Côte d’Ivoire à Jean Michel Basquiat , reçu chez elle ,  venu à la rencontre des Africains   , lors de son exposition au Centre Culturel Français .

En 1988, elle organise, entre autres, avec Gérard Fromanger, au Centre Georges Pompidou, l’exposition « La Côte d’Ivoire au quotidien, panorama culturel ivoirien ». 

En 1996, elle part avec les photographes Françoise Huguier, Vincent Fougère d’Abidjan à Tombouctou, pour réaliser de nombreuses installations in situ à travers le Sahel et le désert pour le livre « De Sable, d’Eau et de Sel » publié aux éditions Adam Biro, avec des textes de Alain Jouffroy, Jacques Leenhardt, Yacouba Konaté.

Ce travail de créations éphémères, qui lui permet une implication encore plus approfondie dans la nature, Kaïdin le poursuit en 1999, en Côte d’Ivoire, au cœur de la forêt de Taï, forêt primaire classée patrimoine de l’humanité. Accompagnée du photographe Vincent Fougères, du réalisateur Stéphane Boni Boni Seka, elle rapporte de cette deuxième aventure, un film vidéo, ainsi que des photos des installations, des dessins et un carnet de voyage pour le livre «Forêts Secrètes – Secrets d’Eau».

 

En 2000 , Kaïdin est lauréate  du Pavillon de l’Afrique à l’Exposition Universelle 2000 à Hanovre . Sa sculpture « Symbol of life » ( 17 m de haut ) est inaugurée par le Chancelier Gerardt Schroeder . 

En 2000, inscription au Bénézit suite au premier prix décernée par l’exposition universelle de Hanovre

 

En 2003  –  Décoration artistique de PARK HOTEL à TOKYO – entièrement à sa marque – 3 grands artworks  en « tapa » – lobby – réception – restaurant Japonais – 800 dessins pour les chambres –

 

En 2006 et 2007, Kaïdin Monique Le Houelleur, après avoir séjourné à Tiébélé au Burkina Faso, avec les femmes Kassena, qui peignent les murs des cases et leur avoir appris à peindre sur du tapa (écorce d’arbre) est invitée avec ces femmes paysannes artistes à un Festival en Chine , d’art populaire, elles feront également une fresque au Musée des Arts Premiers à Paris  .

 

2007/2008 – Japon: Sur les traces du poète Matsuo Bashô:  

Deux parcours (Automne-Hiver /Printemps) au Japon sur les traces du poète Matsuo Bashô, Maître du Haïku (17ème siècle)Un ensemble d’installations photographiées par Uwe OmmerVoir le site: kaidin sur les traces de Bashô

Publication d’un livre de textes et de photos: “Art Nomade au Japon – Kaïdin sur les traces de Bashô” ( Editions Somogy et NEI  en CI) .

 

2008 – Décoration du restaurant du célèbre Chef Japonais Tateru Yoshino , à

Ginza –  Tokyo

 

Connus pour leur engagement culturel en Côte d’Ivoire, Kaïdin-Monique Le Houelleur et Hubert le Houelleur ont eu l’immense privilège de recevoir Leurs Altesses Impériales le Prince et la Princesse Takamadoen 1993, lors de leur visite en Afrique de l’Ouest …

 

Kaïdin a ouvert sa maison d’Abidjan aux artistes et aux écrivains. Ainsi Jean-Michel Basquiat découvrira lors de sa venue, le pays Sénoufo. Nicolas AlquinAlain BorerMiguel BarcelloGérard FromangerFélix GuattariAlain JouffroyJacques LeenhardtJean-Louis Pradel furent aussi ses hôtes.

« ….Etant parvenue à dominer son initiale culture européenne d’artiste sculpteur abstrait, puisqu’elle a commencé par des œuvres en marbre et en bronze répondant à des commandes  publiques de monuments,  Kaïdin Monique Le Houelleur a inventé une nouvelle poétique de l’objet errant, dont le caractère magique de fétiche, de message codé ou divinatoire lui sert à élaborer un langage symbolique et une mythologie qui lui sont propres. » 

Alain Jouffroy, à propos de Kaïdin Monique Le Houelleur

 

Aujourd’hui, la Villa Kaïdin d’Abidjan est devenue un Centre culturel et une maison d’artistes, dont Kaïdin est la Directrice artistique. Le site de la Villa Kaïdin.

 

En septembre 2013, Kaidin réalise un ensemble d’installations sur le thème des “Petites mains de Chanel “: Exposition “Jeux de mains” au Nexus Hall de Tokyo voir: le site Jeux de mains- Chanel Tokyo

 

En novembre 2013, Kaidin a été nommée, Chevalier des arts et Lettres de la République Française, pour son action dans la promotion culturelle et artistique.

 

En 2014  (Juillet-septembre), Kaidin participe à Darmstadt (Allemagne) au 7ème. International Forest Art Path « Kunst Biotope« , pour laquelle elle réalise une installation « Forest gate». Voir la vidéo :  « Forest Gate » 

 

Aujourd’hui, et pour 2015, Kaïdin s’investit dans un nouveau projet monumental : Renaissance, l’arbre des mains pour la Paix en Côte d’IvoireUn projet qui valorise le mérite et le savoir-faire ivoirien, et qui a été initié avec notamment M. Bert Koendersancien représentant du secrétaire Général des Nations-Unies en Côte d’Ivoire, puis au Mali, aujourd’hui Ministre des Affaires Etrangères des Pays-Bas.

Kaïdin Monique Le Houelleur
Sculptress
Born in Hué, Vietnam
Brass, marble, wood sculpture
Installations

Kaïdin Monique Le Houelleur, a French Vietnamese, has a passion for Africa, where she lived in various countries before settling in Côte d’Ivoire and obtaining the Ivoirian nationality. She first devoted herself to sculpture (she met with Japanese sculptor Isamu Nogichi in Giorgio Angeli’s workshop in Querceta, Italy).

Her meeting with painter Gerard Fromanger in 1985 proved decisive. Kaïdin Monique Le Houelleur has since then pursued research on the mind, the sacred and symbolism in African culture.

During the trips she still makes across Africa, she creates ephemeral art installations, reorganizing special places in villages where she modifies the layout of objects or things and also in the heart of wilderness, or recently in forest environments.

The laureate for Africa in the art competition of Hanover 2000, Kaïdin Monique Le Houelleur has achieved a monumental work representing the themes of the universal exhibition :« Man, Nature and technology »…..

In 2003, her artistic itinerary brings her for the fifth time in Japan. The Tokyo Park Hotel ask her to create works such as the monumental “Calao tree” (4 m hight, 10 m large), 800 original draws and several brasses, witnesses of the diversity of creation of this artist

« ….Successfully mastering her initial abstract culture as a European artist, still present in her first marble and brass works, public orders for monuments, Kaïdin Monique Le Houelleur has gradually elaborated the new poetics of wandering objects, whose magic powers as fetishes and cryptic or divinatory message she uses to produce her own symbolic language and mythology. »

Alain Jouffroy, speaking about Kaïdin Monique Le Houelleur